Covid-19 : FAQ autour de la rentrée 2020

Dernière mise à jour le 10 août 2020, à 18 h 20.

Vous trouverez sur cette page les questions posées notamment par les élu·es étudiant·es aux services de l’école. Les réponses y sont ajoutées dès qu’elles sont connues par les élu·es étudiant·es et mises à jour si possible.
Un premier point est fait sur la rentrée 2020 pour l’établissement (pour les personnels, les étudiant·es, l’associatif…) puis un second point est fait sur le fonctionnement de la bibliothèque Diderot de Lyon (BDL).

À propos de la rentrée 2020

Les élu·es de l’École (étudiant·es, enseignant·es et du personnel) ont posé lors du CHSCT du 21 juillet 2020 un certain nombre de questions autour de la rentrée 2020. Ces questions et les réponses sont synthétisées ci-après.

Anouk Bedino, conseillère de prévention, présente un protocole sanitaire général (disponible sur l’Intranet de l’École) pour la rentrée, en détaillant les mesures prévues et les consignes que le document contient. Ensuite, nous avons posé des questions pour avoir des précisions, sur ce protocole comme sur les autres (sauf le protocole « BDL », qui est discuté dans une page dédiée).

Consignes sanitaires dans les locaux

Quels lieux dans l’ENS sont considérés comme des « espaces clos » ?

Tout ce qui est à l’intérieur (laboratoires, couloirs, bureaux, salles de classe).

Le masque « grand public » sera t-il obligatoire même lorsque l’on est assis·e à sa place dans une classe, même en respectant la distance entre deux étudiant·es ? Des masques FFP2 seront-ils distribués aux personnes vulnérables à la rentrée ?

Le masque sera obligatoire : il faudra le garder pour éviter les projections de goutelettes. Par ailleurs, garder le masque en classe permet d’éviter d’avoir à nettoyer la salle entre deux cours. De plus, dans la perspective du « traçage », si l’on porte un masque à côté d’une personne qui a le covid et qui l’apprend plus tard, on n’est pas considéré·e comme « cas contact » et on n’a pas besoin d’être isolé·e pendant 14 jours.

Les masques ne seront pas fournis aux étudiant·es, car ce n’est pas dans les directives et que tout le monde a déjà des masques, avancent l’administration. Une réflexion est en cours sur la manière de faire pour les personnes vulnérables (qui doivent se faire connaître !). Pour les besoins impérieux, il faut faire remonter à Anouk Bedino et Nicolas Jolly qui instruiront le problème.

Ces informations concernent-elles les locaux dans leur ensemble (locaux de travail comme locaux de convivialité comme la K-Fêt ou le Foyer) ? Y a-t-il des contraintes particulières pour les jardins ?

Oui, cela concerne tous les locaux ! Pour les installations sportives, il faut voir avec Richard Nemeth. Il n’y a pas de consignes particulières pour les jardins. Le soucis pour les étudiant·es sera de gérer les soirées sans qu’il n’y ait trop de brassage et de proximité. Pour le BDE : il est possible de demander l’avis du service prévention (Anouk Bedino).

Dans le gymnase, la jauge est-elle différente pour des événements non-sportifs ?

Non, car il y aura un brassage, sauf si tout le monde est assis.

Pour le théâtre Kantor, quelle est la règle pour l’accueil du public (le document initial laissait cela en suspens) ? Pour les loges, combien de personnes par loge ? Peut-on inciter à faire venir les gens en costume, comme pour l’usage des vestiaires du gymnase ?

Un siège libre en quinconce, avec la possibilité de laisser les groupes ensemble. C’est une bonne idée. Cette limite existe car les loges ne sont pas très grandes ; le port du masque y sera obligatoire.

Ouverture des locaux (parking, CROUS)

Les horaires d’ouvertures normaux des bâtiments et des parkings seront-ils rétablis à partir du 17 août ?

Le retour aux horaires normaux est prévu, la mise en œuvre sera progressive (sans doute au 1 septembre).

Le CROUS sera t-il en mesure d’accueillir tout le monde ? Ou bien faudra t-il prévoir des alternatives ?

La salle commune sera utilisée pour augmenter les capacités d’accueil. Il y aura en parallèle l’offre sur place et l’offre à emporter comme en juin-juillet. Cela déchargera les trois salles principales du RU Descartes.

Communication et respect des consignes

Une action est-elle prévue pour faire respecter les directives ? Les personnes ne les respectant pas seront-elles sanctionnées ?

On ne pourra pas verbaliser à l’intérieur de l’établissement, chacun·e doit prendre ses responsabilités.

Comment rappeler les consignes aux personnes venant de l’extérieur ?

Affichage des consignes : contacter la sécurité si l’on se sent sanitairement agressé·e.

Déroulé de la rentrée

Sylvie Martin, vice-présidente Etudes, présente ensuite le déroulé de la rentrée pour les questions de scolarité et l’organisation des enseignements.

  • Le début des cours est fixé au 21 septembre en général, mais les agrégations et la CPES reprendront plus tôt. Les inscriptions seront dématérialisées du 26 août au 14 septembre. L’accueil dans les résidences commencera le 28 août. La conférence de rentrée de JFP sera dédoublée (les 8 et 9 septembre). L’accueil par Sylvie Martin est maintenu. Une formation sur les violences sexuelles et sexistes est confirmée pour le 17 septembre. Le WEI est annulé. Les portes ouvertes du sport sont confirmées. Pour le forum des associations, Sylvie Martin est en attente d’un « retour » des associations (qui n’ont pas cette interprétation de la situation).
  • Le système « comodal » est privilégié pour les enseignements : l’objectif est d’avoir un roulement pour que les étudiant·es soient là 1 fois sur 2 ou sur 3. Idée de classe inversée. Le service DUNES essaie de répondre au besoin d’équipements mais des fournisseurs sont en rupture de stock.

Pourra t-on avoir communication de la circulaire avec le calendrier complet de la rentrée ?

Non, ce ne sera pas possible avant la fin du mois d’août.

Les commissions FSDIE seront-elles maintenues pour accompagner les étudiant·es en difficulté ?

Oui, autant qu’il le faudra.

Inquiétudes des enseignant·es et du service VPE sur l’augmentation de la charge de travail ? Est-ce qu’il y aura une reconnaissance de cette surcharge de travail ? Le personnel est-il formé aux nouveaux usages du télétravail ?

Selon la VPE, ce qui nécessite le plus gros investissement, c’est la classe inversée, cela implique qu’en fait les enseignant·es-chercheur·ses soient moins présent·es devant les étudiant·es mais qu’iels leur envoient à l’avance des documents sur lesquels travailler.

La VPE indique qu’un certain nombre d’enseignant·es ont déjà suivi des formations. Pour les gestionnaires de scolarité : tous les services seraient ravis d’avoir des postes en plus mais il y a des difficultés de recrutement. Par ailleurs, une discussion aura lieu sur les primes associées à cette surcharge.

Au-delà des primes, ce sont les conditions de travail qui préoccupent et doivent être prises en comptes. Parfois des heures supplémentaires ne sont pas déclarées, précise la CGT. La présidence répond qu’une note sera envoyée pour rappeler au personnel de déclarer les heures supplémentaires.

Des recrutements sont nécessaires au service DUNES pour assurer l’enseignement à distance. Sont-ils vraiment prévus ? Ce seront des postes pérennes ou précaires ? Quel statut ?

L’École prévoit de recruter un ingénieur pérenne mais également des contractuel·les ; l’important, selon la présidence, est qu’il y ait du personnel.

Quelles garanties de protection des données dans le cas d’un enseignement filmé ?

Il n’y a pas de captation sans le consentement de l’enseignant·e. Les risques sont limités car les infrastructures informatiques de l’ENS sont sûres.

Sur le fonctionnement de la bibliothèque

Agnès d’Halluin, directrice par interim de la bibliothèque, a présenté le dispositif de réouverture de la bibliothèque, en CHSCT le 21 juillet dernier. Elle indique que l’organisation se veut résiliente et adaptable à une éventuelle dégradation de la situation. Le dispositif de retrait sera maintenu en parallèle de la réouverture des espaces de travail et de la consultation sur place.

Question des élu·es étudiant·es

Les horaires élargis seront-ils supprimés ?

Oui, car l’ouverture nocturne de la salle pluridisciplinaire serait ingérable. La question des horaires est sur la table à plus long terme.

Nous resterons vigilant·es sur la question des horaires. La question de l’ouverture le dimanche a fait l’objet d’un mail détaillé envoyé à la direction de la bibliothèque. Il n’est pas possible que les horaires soient drastiquement réduits sans alternative. Ce n’est pas acceptable pour les conditions de travail des étudiant·es, notamment celleux dont les concours et autres échéances ne sont pas adaptées.

Quelle sera la capacité des salles ?

Il faut éviter de coller les espaces de travail. La chance, c’est que la bibliothèque est vaste donc il n’y a une perte de places de travail que dans une faible proportion. La BDL n’est pas traditionnellement saturée. Le système de réservations permettra d’avoir une bonne visibilité sur ce qui se passe dans la bibliothèque.

Le système de réservation semble complexe à mettre en place car les étudiant·es ont l’habitude d’un usage flexible de la bibliothèque : par exemple, un·e agrégatif·ve vient en fin de journée s’il le sent. Il y a aussi le risque que des étudiant·es réservent plein de créneaux pour ne pas venir, ce qui prendrait des créneaux pour les autres.

Ces problèmes vont-ils être pris en compte ?

Pour la flexibilité, la bibliothèque garde la possibilité de permettre une réservation sur place. Il y aura une certaine vigilance sur les premières semaines et les effets collatéraux. Il faut encourager les étudiant·es à faire des retours pour que le dispositif soit allégé dans le bon sens.

La fréquence du service de retrait sera t-elle augmentée ?

Oui, cela a déjà été fait, entraînant la diminution des délais de mise à disposition des documents. On proportionnera le service aux besoins. Le PEB a aussi repris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *